By using our site you agree to the use of cookies. We use them to increase the quality of this site especially for you, they help us understand your needs (help us collect statistics), help our partners deliver the right content displayed on our website. To learn more about the cookies please click here.

cookies
noimage

Forts de l\'île de Gorée

En 1482, sur l'île on a créé une Église catholique, en 1530 au sommet d'une côte rocheuse on a commencé la construction du château, qui servait plus tard comme le fondement de Fort Saint-Michel et donnait le nom de Le Castel (château) a toute la zone de l'île. Dans l'une des lettres survivantes qui datent à mai 1529, le gouverneur de l'île, "Don Gudumel", demande au roi portugais Jean III pour qu'il envoie des constructeurs, charpentiers et autres travailleurs pour construire le château sur l'île, affirmant dans le même temps tous les avantages pour la trésorerie de l'État. En 1536, l'île le point retranché est également apparu. Il a exercé un contrôle sur le processus de la traite négrière. (en savoir plus)

La construction de fortifications la plus célèbre et le mieux conservée est Fort d'Estrées, où aujourd'hui il se trouve le Musée avec la collection d'histoire du Sénégal. Le musée, qui est une filiale de l'Institut fondamental d'Afrique noire, a été ouvert en 1989, juste après la reconstruction du fort. Plus de 500 expositions, des documents historiques et des matériaux cartographiques ont été présentés dans plusieurs secteurs du musée, consacrés à l'histoire générale du pays: du paléolithique et du néolithique à la lutte pour l'indépendance et le temps présent. Beaucoup des expositionsparlent des événements tragiques de l'époque de la traite des esclaves.

Une autre des attractions touristiques bien connues de l'Île de Gorée est le musée maritime situé dans une villa historique de West India Company. Une importante collection de ce musée montre des différents types de poissons et de crustacés. Les amateurs de Flora trouveront également sur l'île quelque chose d'intéressant pour eux-mêmes, comme l'ancien jardin botanique, situé sur la rue du Port Rhu, détruit par les Français dans l'ère d'or du roi Louis XIV