By using our site you agree to the use of cookies. We use them to increase the quality of this site especially for you, they help us understand your needs (help us collect statistics), help our partners deliver the right content displayed on our website. To learn more about the cookies please click here.

cookies
noimage
10 Note de 1 utilisateur

Tour Siedlęcin

Un des monuments médiévales les plus importants de la Pologne se situe à Siedlecin en Basse-Silésie, au nord de Jelenia Gora. C'est un endroit où la chaîne montagneuse Kaczawskie constitue la frontière naturelle avec Jelenia Góra où jadis existait un passage stratégique (par le fleuve Bobor). C'est à cet endroit-là qu'au XIVe siècle le fils de Bolko Ier (Prince Henry de Jawor ) a fait construire une tour d'habitation qui existe toujours et est considérée comme l'un des plus grands monuments polonais de son genre et l'un des mieux conservés en Europe.

La tour a été construite sur un plan rectangulaire des dimensions de 22,2 x 14,35 mètres. Sa toiture actuelle est plus récente et date du XVIe siècle. C'est là où nous pouvons admirer les plus anciennes poutres de la Pologne (des années 1313 – 1314 selon la méthode dendrologique) . A priori le bois utilisé pour la fabrication de celles du rez de chaussée provient des arbres coupés en 1313 et celles du 1er, 2ème et 3ème étage de 1314.

Ce n'est pas pourtant un élément le plus remarquable. En effet, la plus grande richesse de Siedlecin ce sont les peintures murales que l'on retrouve au 2ème étage (l'ancienne Grande Salle). Ce sont les plus anciennes polychromes laïques de la Pologne qui représentent une des légendes arthuriennes- l'histoire du roi Arthur, Sir Lancelot du Lac. A savoir que ce sont les peintures uniques, conservées « in situ » introuvables nul part ailleurs dans le monde entier.

Nous n'avons aucune idée sur la date à laquelle le prince Henry a passé la commande de cette magnifique réalisation murale. Une des hypothèses est liée à la personne de la princesse Agnès de Habsbourg (épouse d'un neveu de Henry -Prince de Swidnica Bolek II Petit). C'était probablement elle et son mari qui avaient fait venir des artistes vers la Silésie. Si on basait sur cette idée-là, les peintures ne dateraient que de l'époque bien d'après 1338 (avec une certaine influence d’un artiste(s) suisse(s) car la ressemblance avec les tableaux de Zurich et de Constance est très remarquable).

Selon M. Jacek Witkowski (expert de la tour de Siedlecin et connaisseur de la culture royale européenne) le manuscrit concernant Lancelot a probablement inspiré les travaux sur les peintures . Il suggère que le prince Henry s'est procuré lui-même de ce roman lors de son voyage à Cologne (il faut savoir qu'il gardait des relations amicales avec l'aristocratie locale) ou bien c'était son épouse, la duchesse Agnieszka qui l'aurait ramené de son pèlerinage effectué en Allemagne (Trèves et Cologne).

Selon les dernières études, les peintures ont été créées plutôt à la deuxième ou troisième décennie du XIVe siècle. Réalisées « al secco » (contrairement aux fresques) – posées directement sur le plâtre sec. Parmi les représentations, nous reconnaissons le château Camelot, la cour de la reine Guenièvre, ainsi que l'enlèvement de la reine par Méléagant et sa libération accomplie par Lancelot.

Nous reconnaissons également Lancelot sommeillant sous un pommier et Lionel qui s'est endormi en faisant la garde. Nous remarquons ensuite la présence de Saint-Christophe (le patron des chevaliers) et celle d' un chevalier accompagné d'une jeune fille ou d'une femme mariée. Les scènes non terminées représentent le combat entre Lancelot et Sagramour ainsi que la guérison d'Urry Hongre.

Depuis 2001 la tour est prise en charge par la Fondation "Châteaux de Chudy". L'entrepreneur a toujours connu les polychromes en très mauvais état et a réussi à les sauver par la rénovation (la conservation) effectuée en 2006.

Il est important de souligner le fait que Henry Jaworski était le premier prince polonais qui avait introduit les tableaux évoquant la thématique arthurienne. Il en est question que ses problèmes financiers (connus via sources historiques), venaient justement de la mise en pratique de ce projet si ambitieux et coûteux.

Après sa mort (en 1346) la Tour a été confiée (pendant plus de 20 ans) à son neveu Bolek II Petit. Peu de temps après le décès de Bolek, la duchesse Agnieszka a décidé de mettre la tour en vente. C'est ainsi que l'officier Jenchin von Redern est devenu nouveau propriétaire et résident de Siedlecin. Depuis, la tour est toujours restée en possession des familles nobles comme en témoigne son nom et souvent elle est appelée «chevaleresque».

La Fondation « Châteaux de Chudy » analyse la vraie identité de la tour et souhaiterait mettre en pratique son nom exact (à savoir que son nom devrait provenir du statut de son fondateur et non de noms de ceux qui l'ont habitée) . Le nom suggéré serait donc: " La tour princière résidentielle de Siedlecin".

Depuis 2008 les recherches archéologiques sont menées régulièrement à Siedlecin. Une équipe de l'université Jagiellonne s'investit et exerce le patronat sur ce beau projet. Les progrès sont régulièrement constatés et les archéologues nous apportent de plus en plus de renseignements.

Grâce à une subvention reçue en mars 2015 (à l'occasion de la célébration de 700e anniversaire de la tour), la réalisation d'un projet : "Tour résidentielle de Siedlecin à la lumière de la recherche archéologique - un résumé des résultats pour le 700e anniversaire de la tour" est possible. Bientôt une publication résumant les sept saisons de travaux sera présentée.

Visite de la tour : en saison (mai-octobre) tous les jours de 9h00 à 18h00, hors saison (novembre - avril) de 10h00 à 16h00. Visite guidée possible.

traduction: Barbara Grimaux